Le TORM : un questionnement autour de l’Univers

Régine Bonnard a rejoint le rang des auteurs de science-fiction avec Le TORM et ses deux romans « Initiation au Diamant » suivi de « Et de toute éternité », désormais disponibles sur Amazon. Ces deux tomes du TORM parlent des peurs et des questionnements existentiels : quel monde voulons-nous, comment tracer sa propre trajectoire, et qui sommes-nous réellement ?

La science-fiction a pour vocation d’explorer les possibles afin de susciter la réflexion. Dans ses deux romans, Régine Bonnard se tourne vers des questions primordiales, comme la place de l’Homme dans un monde qui ne lui correspond pas vraiment et son choix entre résignation et action.

Dans Le TORM, huit jeunes gens sont appelés pour répondre à ces questionnements. Le tome I, « Initiation au Diamant », présente leur formation aux principes positifs du TORM, qui les aidera à régler leurs conflits intérieurs, mais pas seulement. Une initiation qui les conduira à traverser différents pays, des États-Unis à la France, en passant par l’Arabie Saoudite et les mènera jusqu’aux confins du temps et du cosmos. Ces jeunes élus doivent également faire face à certaines forces obscures, venues pour court-circuiter leur projet.

Dans le tome II « Et de toute éternité », les élus doivent cette fois conduire une mission secrète pour lutter contre les ambitions des Capoux et plus particulièrement de Creweiller, antagoniste rencontré dans le tome I.

Au travers de ces romans complémentaires, des sujets comme le libre arbitre, les drogues, le temps, l’égo, le transhumanisme, le pouvoir de création ou encore le Bien et le Mal sont évoqués. Il tenait à cœur de Régine Bonnard, d’encourager l’élan vers un nouvel humanisme plus optimiste, vaillant et éclairé.

L’auteure s’intéresse, notamment, à la structure essentielle de la pyramide de Maslow (1954) classant les besoins humains sur une échelle allant de un à cinq. Passant des besoins primaires (physiologiques et besoin de sécurité) aux besoins secondaires (besoin d’interaction, de considération, d’accomplissement), l’individu n’accèderait à la puissante réalisation de soi qu’après avoir satisfait les premiers degrés.

Régine Bonnard a voulu mettre en évidence l’impact de la peur suscitée et entretenue par les nombreux dangers, réels ou supposés, d’un monde en mutation. Le déséquilibre au niveau du besoin de sécurité, le deuxième étage de la pyramide, menace la stabilité de l’ensemble de l’édifice. Malgré cette insécurité et cette incertitude, il faut tout de même tenter l’escalade. Le TORM, en nous poussant dans nos retranchements, formule cette invitation à nous mettre en mouvement avec cœur, audace et curiosité par-delà les difficultés, d’où qu’elles proviennent.

« Conquérir sa joie vaut mieux que s’abandonner à sa tristesse », disait André Gide.

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*