Nous sommes nombreux, à avoir vu la vidéo de Sabrina Ali Benali qui se présente en tant qu’interne à l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris. Elle interpelle Marisol Touraine, la ministre de la Santé, concernant le manque de lits dans les hôpitaux. Et puis, patatras, voilà que Martin Hirsch, directeur général de l’AP-HP, affirme que la jeune femme ne travaille pas au sein de l’AP-HP.
Comme souvent maintenant, dans ce style de polémique qui tend surtout à faire oublier le fond du problème ou les intentions véritables des protagonistes, il y a du vrai et du faux de chaque côté.
D’un côté, la jeune femme est une interne et à ce titre, elle effectue bien un travail rémunéré, sous forme de stage et pour cela, elle dépend de l’administration hospitalière du lieu. Mme Ali Benali est donc bien salariée de l’administration publique, en l’occurrence ici l’AP-HP. Elle n’exerce pas dans un hôpital directement géré par l’AP-HP, car les internes changent d’établissements tous les six mois, mais dans un établissement privé, qui a signé une convention avec l’administration publique. Il faut noter d’ailleurs, que dans ces interventions l’interne parle des hôpitaux en général et non pas seulement de l’AP-HP.
Cependant, la médiatisation et ses différents passages sur les plateaux de télévision ou de radio, ont largement changé la donne. Il est bien clair, que certaines choses ont pris une importance considérable. Un peu plus de précision sur son statut, et il faut bien l’avouer un petit mot sur son engagement au Parti de gauche et son implication dans la campagne de Jean-Luc Mélenchon n’aurait pas fait de mal.
En résumé, nous avons une jeune fille, interne en médecine qui met le doigt sur le dysfonctionnement et les difficultés réelles au sein des hôpitaux et qui a raison de s’indigner. Cependant, sa démarche est loin d’être neutre, le fait du hasard ou simple coup de colère comme le ferait entendre la vidéo sur YouTube.
La communication sur internet comme partout ailleurs ne doit rien au hasard.

Crédit photo : Robby Virus

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *