Les toilettes de l’école : note de E avec pour commentaire « résultats insuffisants, doit réagir »

Le but des journées mondiales, est de braquer un éclairage sur des sujets pas forcément médiatiques. C’est le cas par exemple de la journée mondiale des toilettes, qui vient d’avoir lieu. A cette occasion, une étude OpinionWay révèle qu’en France seulement 10 % des parents d’élèves sont satisfaits de la qualité des WC de l’école de leurs enfants.

Si à première vue, cela ne semble pas un problème de première urgence, il s’avère, que ne pas vouloir le traiter peut le faire devenir un vrai problème de santé pour les enfants. Pour être clair, c’est un net manque d’hygiène général dans les toilettes scolaires, qui décourage les enfants de s’y rendre. A la longue, cela peut amener des infections, et même créer des problèmes psychologiques, si les toilettes deviennent un lieu de stress.

L’étude, a porté sur 1 000 parents d’élèves âgés de 10 à 14 ans, qui ont été interrogés et les résultats sont sans appel. La propreté des toilettes scolaires, est pointée du doigt par la moitié des parents d’élèves. Dans les sujets d’inquiétude, on retrouve l’absence de papier toilette et d’essuie-main, des toilettes bouchées. Plus grave encore, il est question de la mauvaise séparation entre les WC des garçons et des filles, et la classique impossibilité de verrouiller les portes, pour ne pas dire l’absence.

Les conséquences sont donc faciles à percevoir, avec par exemple du côté des filles, dont beaucoup évitent carrément les toilettes. Cela donne en premier lieu, outre un stress inutile, des infections urinaires, qui peuvent évoluer vers une pyélonéphrite ou continuer en touchant les reins. Du côté des garçons qui vont plus facilement aux toilettes, on imagine, comme certains l’ont vécu, que le manque d’intimité fait la part belle aux vexations et aux complexes en tous genres.

Le Dr Michel Schouman, urologue au Centre de santé Viala, de son côté dénonce à ce sujet un retard chronique de la France dans ce domaine. Il explique, « ça n’évolue pas. Personne ne fait rien. La France a toujours été très en retard par rapport aux autres pays de ce point de vue-là« . Il persiste en indiquant, « dans les écoles françaises, on ne respecte pas assez l’intimité des enfants. Cela crée un réel besoin d’éveil à l’intimité. Il faut faire comprendre aux élèves que leur corps leur appartient« .

Le Dr Michel Schouman, en profite pour élargir le débat, car ce problème de toilettes est pour lui symptomatique de la difficulté à aborder les sujets qui flirtent avec la sexualité. Le Dr Schouman, aime à raconter notamment, « mes enfants étaient à l’école de Sainte-Croix, à Neuilly. L’école m’a demandé d’organiser une réunion pour les CM2. Nous avons rassemblé tous les enfants pendant un quart d’heure. Je leur ai expliqué des notions d’anatomie, d’hygiène, et certaines pathologies. Au début, forcément, ça ricanait. Et puis petit à petit, ils ont posé des questions très intelligentes, sur la sexualité, la contraception ou sur l’avortement« . Jusqu’ici, visiblement personne, à part peut-être les sites internet qu’ils sont censés ne pas voir, ne leur avait apporté des réponses.

Crédit photo : Ivan Solart

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*