Le sport en ligne, effet de mode ou tendance de fond ?

Pendant le confinement, les Français ont dû adapter leurs pratiques physiques et sportives. Le sport en ligne a largement été plébiscité, comme le révèle une étude commandée par Hubside, une plateforme de création de site Web. Une autre enquête propose quant à elle des axes d’amélioration visant à faciliter l’accès du plus grand nombre à la pratique sportive. 

Tourner en cage. A de rares exceptions près, les Français mordus de sport ont, pendant les longues semaines de confinement, dû se résoudre à abandonner provisoirement leur pratique favorite. Piscines et salles de sport fermées, séances de jogging extérieures sévèrement réglementées, annulation de la quasi-totalité des compétitions, etc. : pour les adeptes réguliers d’activités sportives, qu’elles soient individuelles ou collectives, la crise sanitaire a rimé avec une forme de frustration, voire avec une certaine angoisse.

« Une sorte de vide abyssal » : pour lutter contre les effets de la privation de sport, les plus accros des sportifs ont dû s’adapter, quitte à avoir recours à la débrouille, au système D. Beaucoup de citadins ont ainsi rivalisé d’imagination pour pratiquer au sein d’appartements parfois exigus, en poussant les meubles et en se limitant aux exercices réalisables chez soi. Beaucoup, aussi, ont recherché sur Internet les ressources à même de les aider à faire du sport au cours de cette période si particulière.

Le succès du sport en ligne

Pendant le confinement, le sport en ligne s’est ainsi imposé comme l’une des activités les plus inspirantes pour les Français. C’est ce que révèle une étude conduite par le service français de création de sites Web Hubside, réalisée en partenariat avec l’institut de sondage OpinionWay : selon cette enquête, 17% des sondés estiment que le sport a été « le domaine le plus inspirant (…), juste après la cuisine (37%), le jardinage (34%) ou le bricolage (26%) ». Un attrait qui a été particulièrement fort auprès des femmes et même des séniors, et qui a entraîné une hausse sensible de l’utilisation des applications de training.

Toujours selon cette étude, les sportifs confinés se sont « largement nourris sur le Web (pour 53% des interrogés) », les sites Internet et blogs devançant, en la matière, les tout-puissants réseaux sociaux. « Pendant le confinement, les Français ont eu plus de temps pour se consacrer à leurs passions, que ce soit pour se maintenir en forme ou pour se lancer un défi personnel », analyse Alexandre Hampe, COO d’Hubside, selon qui son entreprise propose « la plateforme idéale pour les communautés voulant échanger autour du sport. Nous avons par ailleurs observé que nos utilisateurs ont passé 50% de temps supplémentaire sur la plateforme pour créer leur site Internet ces derniers mois ».

Les freins et leviers à la pratique physique

Les salles de sport, qui viennent enfin de rouvrir leurs portes à leurs adhérents, profiteront-elles de cet élan sportif qui a gagné les Français pendant le confinement ? C’est pour répondre, en partie, à cette question, que Décathlon a commandé une enquête « qui a pour objectifs de comprendre les freins à la pratique de l’activité physique et d’identifier les leviers concrets pour accompagner les Français à la pratique physique et sportive ». Trois enseignements émergent de cette vaste étude.

Le premier repose sur la « transformation du sport à l’école », le rejet des activités sportives remontant, souvent, à de mauvaises expériences vécues lors de la scolarité. L’étude propose d’exclure toute forme de compétition et de notation pour centrer l’activité sportive sur les notions de bien-être et de plaisir. La seconde piste propose de remédier aux offres, souvent inadaptées, destinées aux jeunes adultes, qui souhaitent s’initier à un nouveau sport à un âge où cela demeure moins évident qu’en étant plus jeune. Enfin, « un besoin d’accompagnement au démarrage d’une pratique » sportive se fait ressentir, l’étude proposant de généraliser les applications de suivi personnalisé.

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés