Nouveaux rebondissements dans l’affaire du divorce le plus cher de l’histoire britannique

L’un des objets de convoitise du divorce, le Luna, l’un des plus grands yachts du monde

Les rebondissements n’en finissent pas dans l’affaire du divorce entre Farkhad Akhmedov et Tatiana Akhmedova, qui confirme être l’un des plus médiatisés de Grande-Bretagne. Farkhad Akhmedov refuse toujours de céder 453 millions de livres sterling à son ancienne femme, malgré le jugement de la Haute cour de justice britannique.

Une saga judiciaire à 453 millions de livres sterling

En Grande-Bretagne, l’affaire Akkmedov s’est imposée comme une saga judiciaire, dont les détails se trouvent désormais dans les tabloïds. Par la somme en jeu, déjà – 453 millions de livres sterling, soit 500 millions d’euros. Mais aussi par les actifs très convoités qui entourent ce divorce, comme le Luna et ses 115 mètres, l’un des plus grands yachts du monde, propriété de Farkhad Akhmedov depuis 2014. Un étalage de richesses, comprenant 10 cabines VIP, une piscine extérieure, un mini sous-marin, deux héliports et même un système antimissile. Sa valeur est estimée à plus de 400 millions d’euros, ce qui en fait aussi l’un des plus chers au monde. C’est dans le gaz et le pétrole, deux ressources abondamment présentes en Russie, que Farkhad Akhmedov a bâti son immense fortune. Les affaires marchent bien et, en 2008, après la revente de ses actions Northgas, elle est estimée à 1,4 milliard d’euros, d’après le magazine Forbes. Farkhad Akhmedov est aussi connu pour être un homme de réseau. Sa proximité avec Roman Abramovitch, le tout-puissant patron de Chelsea, est avérée. Il est aussi considéré, par le Trésor américain, comme faisant partie des 200 personnalités les plus proches de Vladimir Poutine.

Marié depuis 1993 avec Farkhad, Tatiana finit malgré tout par demander le divorce au Royaume-Uni en 2003, où elle était installée avec ses deux enfants. Après plusieurs atermoiements, une nouvelle demande de divorce est lancée par Tatiana en 2013. En décembre 2016, la Haute Cour du Royaume-Uni attribue à Tatiana 453 millions de livres sterling, ce qui correspond peu ou prou à 40 % des avoirs de Farkhad. Un jugement qu’il ne reconnaît pas et l’amène à disperser ses avoirs un peu partout dans le monde afin de les soustraire à la justice britannique. Au grand dam de Tatiana Akhmedova, qui souhaite logiquement que la décision de justice soit respectée. En 2018, la justice britannique récidive et exige que la propriété du yacht soit transférée à Tatiana Akhmedova.

Dans la famille Akhmedov, je demande le fils

La situation est complexe, car tout indique que Temur Akhemdov, fils de Farkhad, ait grandement aidé son père à cacher les actifs réclamés par Tatiana Akhmedova. Tatiana s’est d’ailleurs récemment retrouvée au tribunal face à lui, alors qu’il est accusé d’avoir soudoyé un livreur pour le forcer à « perdre » un colis, en échange de plusieurs versements. Ce que contient ce colis, les enquêteurs l’ignorent encore.

Temur est ainsi fortement soupçonné d’avoir aidé son père à dissimuler certains biens, dont plusieurs voitures de luxe, tout en refusant de donner aux avocats des téléphones et ordinateurs qui auraient pu contenir des éléments clés relatifs à l’affaire. Les avocats de Tatiana cherchent à récupérer 70 millions de livres auprès de Temur, car des suspicions très fortes de transferts de fonds entre Farkhad et Temur font douter de la bonne foi du fils de Tatiana.

Les infidélités du père fragilisent sa défense

C’est Temur, qui a révélé à la Haute Cour de justice Londres que son père avait entretenu pendant de longues années une liaison secrète avec une jeune femme de 27 ans sa cadette, Anna Adamova. Anna Adamova n’est pas une inconnue en Russie. Elle a participé au concours de miss Russie, en tant que représentante de Moscou, alors qu’elle était âgée de 21 ans. Elle est sortie, en 2009, diplômée de l’Université d’État des sciences humaines de Russie, où elle s’est spécialisée en histoire de l’art. Sûrement l’un des multiples points communs entre Anna Adamova et Farkhad Akhmedov, qui n’a jamais caché son goût immodéré pour les œuvres d’art, dont il possède une impressionnante collection, estimée à 100 millions de livres.

Tatiana Akhmedova a confirmé l’existence de cette liaison inavouée, qui a souvent conduit Farkhad Akhmedov à abandonner sa famille en vacances pour retrouver sa maîtresse dans des stations balnéaires voisines.

Si l’infidélité est sans doute fréquente chez les oligarques russes, elle est plus problématique dans le cas de Farkhad Akhmedov. Car c’est aux Emirats qu’il s’est lancé dans une nouvelle bataille judiciaire, réclamant à la cour religieuse émiratie 115 millions de dollars de dommages et intérêts pour l’immobilisation du Luna, en revendiquant notamment sa bonne foi musulmane. Religion dans laquelle l’infidélité est pourtant prohibée.

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés