Don de 200 millions d’euros pour Notre-Dame : la promesse tenue de LVMH

Please Add Photos <br> to your Gallery
Notre-Dame de Paris

La promesse de la famille Arnault et du groupe LVMH de donner 200 millions d’euros pour la restauration de Notre-Dame de Paris a pris effet mardi 24 septembre. Bernard Arnaud et l’archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit, ont signé la convention qui officialise ce don. Ce sont au total 380 millions d’euros de dons qui ont été «concrétisés» selon la Fondation Notre-Dame.

Le groupe numéro 1 mondial du luxe, LVMH (Louis Vuitton, Guerlain, Bulgari, etc.), a tenu son engagement de procéder à un don de 200 millions d’euros qui servira à restaurer Notre-Dame. Signataire de la convention qui rend effectif ce don, Bernard Arnault a déclaré que « Notre-Dame restera Notre-Dame » et que son groupe est « là pour aider et financer la rénovation de ce monument extraordinaire ».

380 millions d’euros récoltés pour Notre-Dame

Une aide bienvenue qui fait entrer ces dons dans une nouvelle ère puisqu’avec ces 200 millions d’euros, ce sont au total 380 millions d’euros qui ont déjà été récoltés. Les promesses de don avaient, quant à elles, atteint la barre des 850 millions d’euros. La différence demeure importante et le travail de collecte revient officiellement à la Fondation Notre-Dame, la Fondation du patrimoine, la Fondation de France et le Centre des monuments nationaux. Soixante entreprises, vingt-neuf collectivités et près de cinquante milles particuliers ont déjà financé la restauration de la cathédrale. La région Ile-de-France s’apprête à donner 10 millions d’euros à la fin du mois d’octobre.

L’archevêque Michel Aupetit a souligné que l’Eglise avait « le souci de tous les donateurs » dans la mesure où le drame « a touché des personnes de tous âges, de tous pays, c’est extraordinaire ce que (Notre-Dame) peut représenter de la France, de l’Histoire, de la spiritualité ». Ces donateurs constituent un rouage essentiel dans la restauration du monument. Le chantier est difficile mais semble avancer en bonne intelligence entre l’Etat, la Ville de Paris et les représentants de l’Eglise.