Corée du Sud et féminisme : le grand déballage

Abus sexuels, femmes filmées à leur insu dans les toilettes publiques, victimes des soldats sud-coréens pendant la guerre du Vietnam… En Corée, le combat féministe n’a jamais été aussi d’actualité.

Si les thématiques féministes « ont dominé toute l’année 2018 en Corée du Sud », comme l’affirme dans ses colonnes le quotidien La Croix, elles devraient continuer à défrayer la chronique en 2019. Ce 1er février, Ahn Hee — jung, un ancien homme politique de premier plan pressenti pour succéder en 2022 à l’actuel président sud-coréen, Monn Jae in, a été condamné en appel à trois ans et demi de prison. Selon les informations de l’AFP, la Haute Cour de Séoul a en effet invalidé le jugement qui avait acquitté l’homme politique de tous les chefs d’accusation à son encontre, notamment celui d’abus sexuel.

De nombreuses militantes féministes s’étaient indignées d’un premier acquittement intervenu en août 2018, au moment où le mouvement #metoo commençait à bouleverser la société coréenne. Une colère contre le système judiciaire d’autant plus forte que quelques moins plus tôt, en en janvier 2018, la procureure Seo Ji-hyeo déclarait avoir été agressée par l’un supérieur du ministère de la Justice.

« Molka » et « Lai Dai Han »

Depuis plusieurs mois, le sujet de la place des femmes dans la société coréenne a pris une ampleur inédite dans la péninsule. Cet été, plusieurs manifestations ont éclaté dans différentes villes du pays, réunissant jusqu’à 70 000 personnes à Séoul, pour protester contre l’impunité dont jouissent les hommes qui filment des femmes à leur insu dans les vestiaires et dans les toilettes publiques pour diffuser ensuite les vidéos en ligne.

Connue sous le nom de « molka », cette pratique est de plus en plus répandue dans le pays, comme le montre la progression du nombre de signalements à la police : 6 500 en 2018, contre 1 100 auparavant, soit 17,8 signalements quotidiens. Un phénomène colossal qui se nourrit d’une culture du silence et de la mansuétude des autorités.

Car « si de plus en plus de voyeurs sont signalés, très peu sont punis », précise La Croix. Selon l’étude d’une élue sud-coréenne, Park Kyung-mi, seuls 1 720 individus ont été jugés en 2016 sur un total de 4 499 suspects identifiés par la police. « Pire encore : sur les procès ayant eu lieu entre janvier et juin 2018, seuls 10,5 % auraient débouché sur des peines de prison ».

Dans cet « aggiornamento » culturel et juridique auquel se livre la Corée du Sud, les fantômes du passé ressurgissent.

Le 16 janvier dernier lors d’une conférence organisée à Londres, la militante yézidi Nadia Murad, l’une des quelque 7 000 femmes détenues comme esclaves sexuelles par des membres du groupe État islamique, rappelait les nombreux abus provoqués par les troupes de Sud-Coréennes pendant la guerre du Vietnam. Des milliers de Vietnamiennes violées et des enfants issus de ces unions désormais parias dans leurs propres sociétés.

Celle qui s’est vu octroyer le prix Nobel de la paix s’est montrée particulièrement critique face à l’impunité dont jouissent encore bon nombre de responsables politiques et militaires coréens en poste à l’époque. « Alors que les criminels jouissent de plus de droits, de plus de liberté et de plus de vie que les victimes elles-mêmes, comment pouvons-nous restaurer la dignité de ces femmes si tout le monde ferme les yeux sur les poursuites engagées contre leurs agresseurs? ».

Alors que Séoul refuse de reconnaître sa responsabilité dans ce désastre, la militante a appelé la communauté internationale « à assumer ses responsabilités pour protéger les femmes contre la violence sexuelle dans les zones de conflit ».

L’actuel président sud-coréen doit se rendre à la fin du mois de février au Viêt Nam dans le cadre des négociations entre Séoul, Washington et Pyongyang. Une visite diplomatique qui pourrait être l’occasion pour le chef de l’État de présenter des excuses officielles aux victimes des exactions de l’armée coréenne en poste dans le pays durant les années 1970. Mais osera-t-il briser un demi-siècle de silence ?