La mairie de Paris donne son accord pour le nouveau projet de la Gare du Nord

Le bras de fer durait depuis des mois. Un accord pourrait bien avoir été trouvé entre la mairie de Paris et la SNCF pour le projet de rénovation de la Gare du Nord. Les collectifs mobilisés, eux, ne désarment pas.

C’est le verre à moitié plein, ou le verre à moitié vide : pour les partisans du projet de rénovation de la gare du Nord, les concessions accordées à la municipalité par la SNCF et le promoteur Ceetrus sauvent l’essentiel du projet tout en désarmant l’opposition de la mairie. Pour les opposants au projet de rénovation du Gare du Nord, ce protocole d’accord est une maigre concession, les principaux griefs contre cette Gare du Nord « new look » demeurant plus que jamais d’actualité.

En résumé, le nouveau projet est d’abord plus petit et plus modeste que son aînée : au 88 000 m² devant s’ajouter aux 35 000 de la gare actuelle, le nouveau projet perd 7500 m². Un étage et demi du nouvel immeuble disparaît. « Cela fait une grosse différence en visuel », assure Marlène Dolveck, la directrice générale de Gares & Connexions dans Libération. Concrètement, c’est la salle de spectacle prévu dans le projet initial qui a disparu. Mais après l’épidémie de Covid-19 et son impact sur le monde de l’événementiel, cette concession semble désormais tomber sous le sens.

Gare du Nord : nouveau flux de voyageurs

Mais le principal changement, c’est dans la gestion des flux de voyageurs : le projet initial prévoyait de diriger l’ensemble des usagers de la gare vers les boutiques. Pour satisfaire les exigences de la mairie de Paris et calmer les ardeurs des associations, la SNCF et le promoteur Ceetrus ont revu leur copie et désormais les passagers du TER, soit 80 % du trafic quotidien de la gare, pourront accéder librement aux quais et sortir de la gare sans devoir déambuler de forcer devant les vitrines.

Enfin, une passerelle pourrait t’être construite entre le boulevard de la Chapelle et le nouveau bâtiment de la Gare du Nord. Cependant le projet pourrait ne pas être définitivement achevé pour les Jeux olympiques 2024.

De leur côté, les associations ont annoncé leur intention d’introduire un recours contre le permis de construire modificatif.

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés