Malbouffe : les limites du Nutriscore

Promu par la France, le système d’étiquetage alimentaire Nutriscore se voit sévèrement critiqué dans une nouvelle étude scientifique. Ses faiblesses inhérentes pourraient jouer en sa défaveur, alors que l’Union européenne est précisément en train de redéfinir ses objectifs en termes de politiques agricole et alimentaire.

« Peut mieux faire » : voici, en substance, la conclusion qu’une nouvelle étude tire de la généralisation depuis 2016 du Nutriscore, ce système d’étiquetage alimentaire en vigueur dans plusieurs pays européens dont la France, qui en est à l’origine. L’étude, commandée par le ministère de la Santé et publiée début juin dans les pages du très sérieux Journal of the Academy of Marketing Science, a été menée dans une soixantaine de supermarchés. 1,6 million d’achats ont été analysés par l’équipe de Pierre Chandon, professeur de marketing à l’INSEAD (Institut européen d’administration des affaires).

Un résultat en demi-teinte

Modestes, les effets de l’étiquetage nutritionnel se révèlent en effet plus faibles qu’escomptés par ses promoteurs : si les consommateurs étudiés sont bien incités à se diriger vers des produits plus sains, ils ne dédaignent pas, pour autant, la malbouffe. In fine, l’étude conclut que l’apposition de ces systèmes d’étiquetage n’entraîne qu’une amélioration dérisoire de la qualité nutritive du panier moyen des clients de supermarchés. La junk food semble donc avoir encore de beaux jours devant elle…

Ce nouveau coup de semonce contre le Nutriscore tombe à point nommé — ou au pire moment, selon les points de vue —, alors que l’Union européenne (UE) fait la promotion de son ambitieux Green Deal, destiné à faire du Vieux continent un modèle en matière de développement durable. Un « pacte vert » dont l’un des principaux piliers reposera sur une nouvelle stratégie agricole, baptisée « Farm to Fork » (« de la ferme à la fourchette »), stratégie qui vise, entre autres, à rendre l’agriculture européenne plus respectueuse de l’environnement, moins dépendante des intrants chimiques et plus résiliente face aux crises à venir.

Les consommateurs européens ne sont pas en reste et sont même au cœur de cette nouvelle stratégie. « Farm to Fork » espère les orienter vers des régimes alimentaires plus sains (près d’un million de décès sont imputés chaque année au sein de l’UE à une mauvaise alimentation), tout en étant moins dommageables pour la planète, la consommation croissante de viande bovine contribuant tant à la déforestation qu’au réchauffement climatique (chaque vache produisant jusqu’à 120 kilogrammes de méthane).

Des faiblesses qui pourraient sceller le sort européen du Nutriscore

Autant de raisons qui ont convaincu la Commission européenne de rendre l’étiquetage nutritionnel obligatoire dans l’ensemble des États membres de l’UE. Reste, et c’est bien là le nœud du problème, à s’entendre sur un système permettant aux consommateurs de faire des choix en toute connaissance de cause. Imaginé par Santé Publique France, le Nutriscore est, à ce titre, loin de faire l’unanimité : favorisant les aliments riches en protéines, ce système d’étiquetage peut en effet encourager les consommateurs à manger davantage de viande — tout l’inverse, donc, de ce qu’il conviendrait de faire pour leur santé et celle de la planète.

Par ailleurs, le Nutriscore ne permet pas de faire la part entre les aliments ultra-transformés, produits de manière non-durable, et ceux plus « naturels » ou dont la production s’inscrit dans une démarche plus éco-friendly. Enfin, comme l’a démontré l’étude précédemment mentionnée, le système promu par la France échoue à convaincre les consommateurs de se détourner de la malbouffe pour adopter un régime plus sain. Si plusieurs pays européens l’ont adopté après la France, il y a donc fort à parier que le Nutriscore doive encore faire ses preuves. Et ce, d’autant plus qu’il existe d’autres systèmes d’étiquetage privilégiant, à l’image du Nutrinform italien, une approche plus globale tant de l’alimentation que de ses conséquences sur l’environnement.

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés