Des vitrines digitales pour la collection printemps-été de Louis Vuitton

Petite nouveauté chez Louis Vuitton : la dernière collection de la marque du groupe LVMH sera présentée sur des vitrines numériques. Une petite révolution dans le monde prudent et conservateur du luxe.

Le monde du luxe a longtemps entretenu un lien ambigu avec les nouvelles technologies : être dans l’air du temps, n’est-ce pas le risque de passer de mode ? Les grandes griffes ont donc maintenu un équilibre subtil entre la modernité, gage de fraîcheur, et la tradition, gardienne de leur image de marque prestigieuse. L’introduction des vitrines « numériques » chez Louis Vuitton fait figure de petite révolution.

Comme les nomme Nicolas Ghesquière, directeur artistique de la marque, ces vitrines sont de belles « Cartes postales futuristes » qui vont être présentées dans douze magasins Louis Vuitton internationaux. Ainsi, depuis le 23 février dernier, les villes de Paris, Londres, New York, Los Angeles, Hong Kong, Pékin, Shanghai, Milan et Tokyo arborent de jolies installations virtuelles ! Pour réaliser ces présentations Nicolas Ghesquière a su bien s’entourer puisqu’il a choisi le scénographe Es Devlin qui a déjà travaillé en collaboration avec des grands noms comme Beyonce, Adele ou encore le Royal Opera House de Londres.

Des vitrines spatiotemporelles

La volonté d’Es Devlin est de présenter ces vitrines comme une possible ville de demain : « A l’ère de l’Anthropocène, nous devons plus que jamais nous projeter dans le futur afin de nourrir notre empathie pour les citoyens de demain, une irrationalité aujourd’hui encore abstraite. Pourtant, chacune de nos décisions aura une incidence sur les rues qu’ils emprunteront et l’air qu’ils respireront. Dès lors que le réseau de vitrines Louis Vuitton sera perçu comme une passerelle spatiotemporelle nous commenceront à appréhender ce processus de changement de perspective » explique-t-il. 

vitrines-louis-vuitton
Aperçu de la vitrine de la boutique Louis Vuitton à Londres

Pour ce faire, l’artiste américain Mike « Beeple » Winkelmann a imaginé des vidéos avec des imprimés exclusivement présentés pour le défilé printemps-été 2019. Sur ces images, les mannequins apparaissent en mouvement et parcourent un véritable périple de 24 heures que peuvent suivre les spectateurs. 

En 2018, selon le PDG de LVMH, Bernard Arnault, es ventes de la marque « ont largement dépassé les 10 milliards d’euros » et pèsent plus de 20% du chiffre d’affaires du groupe. 

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés