Côte d’Ivoire : Dominique Nouvian Ouattara renouvelle son engagement aux côtés des femmes

L’année 2019 a été « riche en actions de développement et de solidarité en faveur de nos populations », a souligné la première dame de Côte d’Ivoire Dominique Nouvian Ouattara à l’annonce de ses vœux pour l’année 2020.

 

« Je voudrais vous souhaiter une excellente année 2020, pleine d’amour, de santé et de bonheur, pour vous-mêmes, ainsi que pour vos familles et pour vos proches ». C’est par ces mots chaleureux que la première dame ivoirienne a salué la présence de 230 femmes dans le jardin de la résidence du couple présidentiel à la Riviera Golf à Abidjan, mercredi 15 janvier.

La ministre de la Femme, de la famille et de l’enfant, Bakayoko Ly-Ramata, la porte-parole des femmes et présidente de l’Association des épouses des ambassadeurs, Farida Bouguetaïa, la grande chancelière de l’Ordre national, Henriette Dagri Diabaté, et bien d’autres femmes représentant tous les secteurs de la société civile ivoirienne sont en effet venues présenter leurs vœux à Mme Ouattara. « Votre cœur parle pour vous, vos engagements parlent pour vous », lui ont-elles lancé.

Sincèrement touchée par ce geste, la première dame a profité de l’occasion pour renouveler son engagement pour les droits des Ivoiriennes. Car les défis sont nombreux et les initiatives destinées à venir en aide aux plus fragiles se multiplient.

Mme Nouvian Ouattara a tout particulièrement remercié l’Association des ambassadrices, dont le bénévolat régulier et les dons généreux ont contribué à la réalisation du « projet phare de la Fondation Children of Africa ». Un an après sa mise en service, l’Hôpital mère-enfant de Bingerville, dans la banlieue d’Abidjan, a en effet obtenu le label Qualité et sécurité des soins de l’Assistance publique des hôpitaux de Paris de niveau Argent. Il s’agit du premier hôpital étranger à qui l’AP-HP remet ce label.

 

Financer l’activité des Femmes pour favoriser leur autonomie

Dominique Nouvian Ouattara a également souligné le succès du Fonds d’appui aux femmes de Côte d’Ivoire (FAFCI), qui « va au-delà de nos espérances, avec 210 000 adhérentes partout en Côte d’Ivoire et un capital de 12 milliards de F CFA [environ 18 millions d’euros] ».

Créé en 2012 par Alassane Ouattara et piloté par sa femme, le FAFCI est un fonds de crédit à taux réduit destiné aux femmes qui ne sont pas éligibles au système de financement bancaire classique. Aucune formalité administrative préalable n’étant exigée, toutes les femmes peuvent en bénéficier, sans distinction d’ethnie, d’appartenance politique ou religieuse.

Un dispositif dont le succès est incontestable. Doté d’un montant de démarrage de 1 milliard de francs CFA (environ 1,5 million d’euros), il est donc passé à 12 milliards l’année dernière, « permettant à plus de 200 000 femmes de Côte d’Ivoire d’être autonomes et à de nombreuses familles d’être à l’abri de la précarité », se félicite Dominique Nouvian Ouattara.

Car pour la première dame, cela ne fait aucun doute : « Financer l’activité d’une femme, c’est favoriser son autonomie et améliorer les conditions de vie des familles », c’est pourquoi la promotion de l’entrepreneuriat féminin « s’avère plus que nécessaire, si l’on veut parvenir à réduire significativement la pauvreté dans nos pays et dans la sous-région », plaide-t-elle.

L’amélioration des conditions de vie de tous les Ivoiriens, et en particulier des plus vulnérables, est bien l’objectif principal de la première dame, également engagée dans la lutte pour la protection des enfants et l’épanouissement de la jeunesse.

 

Une année 2020 prometteuse en matière de droit de la Femme

L’année 2019 aura vu le pays accomplir « des progrès notables, qui ont permis à l’Organisation internationale du travail d’identifier la Côte d’Ivoire comme une nation pionnière dans l’élimination de la traite des êtres humains et du travail des enfants », a rappelé la première dame. Elle a également souligné la reconnaissance du Département d’État américain, qui a classé le pays ouest-africain parmi ceux « ayant effectué des efforts significatifs pour l’éradication du travail des enfants ».

Mais toutes ces réussites ne font qu’en annoncer d’autres. Après l’inauguration du centre d’accueil pour enfants en détresse de Soubré en 2018 et l’ouverture du centre de réinsertion des mineurs de Bouaké en 2019, la Fondation Children of Africa s’apprête à inaugurer, en 2020, le groupe scolaire d’Abobo pour les enfants défavorisés et le troisième centre d’accueil pour enfants victimes de traite et d’exploitation, situé à Ferkessédougou. Sans oublier le huitième gala de la Fondation, qui se tiendra le 3 avril.

Bref, l’année 2020 promet d’être tout aussi solidaire que la précédente. À ceci près, qu’il s’agit d’une année électorale. D’où l’invitation de Dominique Ouattara à l’adresse des femmes venues lui rendre visite mercredi 15 janvier : « Il vous faudra user de diplomatie et de sagesse pour apaiser les cœurs de vos époux et de vos enfants qui seront engagés dans la compétition politique. C’est grâce à cela que notre pays continuera de connaître la paix et la stabilité qui font le bonheur de nos populations ». Et d’ajouter : « Je sais que je peux compter sur vous ».

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés