La veuve de Robin Williams évoque la démence dont souffrait son mari

Susan Schneider, la veuve du légendaire acteur Robin Williams s’est confiée à la revue sur les célébrités “People”, et a affirmé que son mari, qui a mis fin à ses jours l’an dernier ne souffrait pas de la maladie de Parkinson, mais d’une forme de démence et avait commencé à perdre la raison.

L’acteur était atteint de démence à corps de Lewy, maladie neurodégénérative qui provoque de violents changements d’humeur et des hallucinations, caractéristiques partagées avec les maladies de Parkinson et d’Alzheimer. Elle affirme “ce n’est pas la dépression qui a tué Robin“. La dépression est un symptôme dont il faisait l’objet et “c’était l’un des plus minimes” précise-t-elle.

Elle a décrit une très rapide progression de la maladie après l’apparition des premiers symptômes à partir de novembre 2013. C’est a dire, de terribles crises de panique, du mal à calculer les distances. Il s’est ainsi ensanglanté la tête en rentrant dans une porte. Sa voix qui avait en grande partie contribué à son succès avec ses talents d’imitation, s’était aussi détériorée.

L’acteur avait bien compris qu’il était en train de perdre la tête.”Les médecins faisaient ce qu’il fallait“, mais “sa maladie était trop rapide et plus forte que nous“, s’est désolée la troisième épouse du comédien. Il a hélas fallu attendre l’autopsie pour pouvoir établir un diagnostic précis.

Crédit photo :  Scott Harms

Pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.