L’application Signal profite du désamour pour Whatsapp

Après avoir annoncé la modification de ses conditions générales d’utilisation rendant possible le transfert de données personnelles avec Facebook, c’est la crise chez la messagerie instantanée WhatsApp. Furieux de voir leurs « data » partagées avec l’entreprise de Mark Zuckerberg, de nombreux utilisateurs migrent sur Signal. Mais c’est quoi, Signal ?

Envoyer des messages, recevoir des photos, des dossiers, passer des appels audio et vidéos… Sur le papier, difficile de différencier WhatsApp, Messenger et Signal. Mais cette dernière est depuis quelques jours en tête des téléchargements sur les App Store et Google Store. Comment expliquer un tel succès ?

Une messagerie sécurisée

Fondé en 2014 par Moxie Marlinspike et Brian Acton (cofondateur de WhatsApp), Signal s’est rapidement démarqué sur le marché par une promesse simple : une confidentialité et une protection des données maximale. L’entreprise américaine est ainsi l’un des systèmes de messagerie les plus sécurisés du monde, notamment en chiffrant « de bout en bout » messages ou appels audios et vidéos.

L’assurance d’un respect de la vie privée et de la confidentialité des échanges qui a permis à Signal de se faire une place, notamment dans le monde de l’entreprise. Mais jusqu’ici, l’application était surtout l’apanage des geeks et de certains milieux professionnels précis.

Mais l’annonce des modifications des CGU WhatsApp a provoqué un afflux d’anciens utilisateurs de la messagerie au logo vert, parti se réfugier sur l’application au logo bleu. Et même si la mesure ne s’appliquera pas dans les pays de l’UE où le RGPD protège les utilisateurs de tels dispositifs, la tendance va bien au-delà des États-Unis, et touche aussi la France.

Une dynamique accélérée par le soutien de nombreuses personnalités populaires sur Twitter, comme Elon Musk ou Edward Snowden qui ont tous les deux appelés à se convertir à Signal. Sur Twitter, en répondant à un internaute qui l’interrogeait sur la confiance qu’il avait en Signal, Edward Snowden a même écrit : “Voici une bonne raison : je l’utilise chaque jour et je ne suis pas encore mort.”

Enfin, le bannissement du Président américain de Facebook et de Twitter a poussé ses milliers de partisans à choisir Signal, un réseau social sécurité qui n’appartenait pas à l’une des deux entreprises californiennes.

Alors, on bascule sur Signal ?

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés