Des personnalités dont Nathalie Baye, pour défendre les grands singes

Les personnalités prennent souvent la défense de causes, qui leur sont chères, ou qui les touchent. Ils utilisent, et mettent leur renommée pour mettre en avant et attirer l’attention du public et des médias. Pour Nathalie Baye, il s’agit de l’extinction progressive de plusieurs espèces de grands singes. Avec entre autres, l’entrepreneuse Laurence Parisot, elles accompagnent l’action de la primatologue Sabrina Krief. Celle-ci a interpellé Emmanuel Macron, pour intervenir en faveur des grands singes, dont plusieurs espèces dont en danger critique d’extinction.

Elles s’appuient sur le dernier bilan de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), qui indique que deux espèces de gorilles, et deux espèces d’orangs-outans sont au bord de l’extinction. Une troisième espèce compte environ 800 individus. La situation du chimpanzé, et le bonobo se dégradent aussi à grande vitesse et leur situation n’est guère plus enviable.

La primatologue Sabrina Krief,  basée en Ouganda, qui étudie depuis 20 ans les chimpanzés, rappelle que les humains et les grands singes font « partie de la même famille, les hominidés ». Elle tire la sonnette d’alarme, car selon elle, « la situation est catastrophique ».

Les causes de leurs disparitions sont hélas assez classiques. Tout d’abord, la déforestation sauvage pour l’agriculture, mais aussi la chasse illégale pour la viande de brousse et le trafic d’animaux vivants. Il faut aussi rajouter à cela, les maladies liées aux pesticides ou transmises par l’homme.

Les spécialistes, ont déjà une dizaine de mesures à mettre en place pour commencer à limiter la casse. Ces mesures passent par l’interdiction formelle de l’utilisation de grands singes dans les laboratoires de recherche, les spectacles, les cirques, les films, ou à la télévision. Il faut aussi mieux lutter contre le trafic d’animaux, et de la viande de brousse à l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle, cela passe bien sûr par, « garantir l’exemplarité des commandes et des marchés publics français« . Il est aussi question de la création d’un label spécifique, certifiant que la production d’un produit ne porte pas atteinte aux grands singes.

Pour l’ex-présidente du Medef, Laurence Parisot, il s’agit que la France soit « un des premiers pays qui établisse une législation nouvelle à l’égard des animaux, à l’égard des grands singes en particulier« . Depuis plusieurs années, de nombreuses associations de défense des animaux, militent pour donner un statut juridique de « personnes non-humaines », aux grands singes. Ils militent aussi pour voir l’Unesco reconnaître les grands singes comme « espèce patrimoine mondial ».

Crédit photo : Ariane Picoche

 

 

 

 

 

 


 

.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*