Dans un document émis par la fédération des parents d’élèves (FCPE), il est remarqué que selon un classement du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA), réalisé en 2015, les enfants français feraient partie des plus indisciplinés.

L’étude du PISA ne se concentre pas que sur ce sujet. Elle fait plus globalement une évaluation internationale des compétences en mathématiques, sciences et compréhensions de l’écrit des élèves de 15 ans. Cette étude est réalisée tous les trois ans depuis 2000 dans les 34 pays de l’OCDE et dans un nombre croissant d’autres pays (38 en 2015).

A chaque édition PISA, les élèves sont interrogés sur la discipline dans les classes. Pour cela, les experts calculent la fréquence à laquelle les élèves interrogés, de 3e, seconde et première, relatent certaines situations dans leur classe, comme par exemple, trop de bruit et de désordre, des élèves qui n’écoutent pas ou se mettent à travailler longtemps après le début du cours.

Il ressort de cette étude que la France est le pays où ce climat s’est le plus dégradé, par rapport aux 33 autres pays de l’OCDE, mais aussi aux 72 autres pays étudiés. Le constat s’aggrave pour une école qui se veut égalitaire, car l’écart de discipline entre écoles favorisées et défavorisées en France est un des plus élevés des pays de l’OCDE (0,48 contre 0,24 de moyenne OCDE).

Certaines choses perdurent, que ce soit dans les lycées ou les collèges, la discipline est également meilleure dans les écoles où les élèves sont plus performants que dans celles où ils sont faibles, et meilleure aussi dans l’enseignement privé que dans l’enseignement public. Par contre, pour Denis MEURET, professeur émérite en sciences de l’éducation, et qui a étudié le classement pour la FCPE, précise « qu’en revanche, il n’y a pas de différence significative entre établissements ruraux et urbains ».

Le rapport reste dubitatif sur les raisons profondes de cette indiscipline, car il note que l’absentéisme et les retards des élèves sont en France plutôt proche de la moyenne OCDE, donc on n’assiste pas à un rejet massif des programmes d’enseignement. A priori, ce n’est pas non plus contre les enseignants que les élèves se comportent aussi mal en classe. L’OCDE, calcule qu’il n’existe pas de corrélation, au sein des établissements français, entre l’indice de climat de discipline et celui des relations élèves-enseignants.

Cependant, s’il semble difficile de cerner précisément les causes de cette indiscipline. Il va falloir pour y remédier, plus de dialogues entre les parents et les enseignants, car nous sommes dans le pays où parents et enseignants se parlent le moins parmi les autres pays de l’OCDE.

Crédit photo : Education France

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *