Charlotte Marchandise-Franquet, une candidate issue de la “primaire citoyenne” en ligne

Au niveau national, elle n’est certainement pas très connue, mais dans Rennes et sa région beaucoup plus. Il s’agit de Charlotte Marchandise-Franquet, adjointe déléguée à la Santé à la maire socialiste de Rennes, qui vient de remporter une primaire citoyenne en ligne dans le cadre de l’élection présidentielle.
Cette primaire en ligne, qui constitue la première primaire en ligne permettant aux citoyens de choisir leur candidat à la présidentielle a été organisée par LaPrimaire.org et le vote final s’est déroulé du 15 au 30 décembre.
A la base, ce sont 500 postulants qui se sont présentés, et rapidement les choses se sont éclaircies, car seulement 215 ont véritablement joué le jeu en élaborant un vrai programme. A la dernière étape, ce sont cinq personnes qui ont été départagé. Charlotte Marchandise-Franquet a recueilli la mention “très bien” accordée par 50,64 % des 32 685 votants, au second tour de cette consultation.
C’est donc, sur cette base que Charlotte Marchandise-Franquet, va devoir maintenant se lancer dans la course aux 500 parrainages nécessaires pour se présenter à l’élection. Une route bien longue pour cette femme de 42 ans, consultante-formatrice qui a fondé en 2013 un collège basé sur la pédagogie Montessori dans les environs de Rennes. En 2014, elle devient la présidente du réseau français des villes-santé de l’Organisation mondiale de la santé.
Soyons clair, ses convictions la placent clairement “à gauche” de l’échiquier politique actuel, même si Charlotte Marchandise-Franquet n’a jamais été membre d’un parti politique. Elle a rejoint la liste en 2014, “Changez la Ville” portée par Europe Ecologie, le Front de Gauche et avec 30 % de représentants de la société civile, et suite à une fusion entre deux tours avec la liste PS, elle a été élue à la ville de Rennes en avril 2014. Actuellement maire adjointe, déléguée à la santé, elle fait partie du groupe écologiste au sein de la majorité municipale.
Parmi ces idées fortes, on retrouve, un revenu de base universel, un changement de Constitution “pour instaurer un régime parlementaire piloté par un ou une Premier ministre”, et une mise en avant d’une indispensable “transition énergétique, écologique, économique”. Sa candidature se veut être aussi une “opportunité pour la santé publique” et un marqueur de plus pour “la place des femmes en politique”.
Il sera intéressant au-delà, des clivages politiques de suivre cette candidature, qui est issue d’une autre manière de faire apparaitre des représentants, hors du cadre strict des partis.
Crédit photo :  La Primaire

 

 

 

Pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.