Le roi George IV fut l’un des premiers admirateurs du talent de Jane Austen

jane-austen-prince-regent

Un doctorant britannique vient de faire une curieuse découverte. Le roi George IV, pourtant méprisé par Jane Austen, fut l’un des premiers à acheter son célèbre roman, Raison et Sentiments, deux jours avant sa parution en 1811. Une admiration qui n’était pas réellement réciproque. 

Une anecdote digne d’un roman

L’anecdote est digne d’une des intrigues des romans de Jane Austen. Dans le cadre de ses recherches sur les publications du XVIIIe siècle, Nicholas Foretek, étudiant à l’Université de Pennsylvanie a fait une drôle découverte. En fouillant dans les archives royales du château de Windsor, il est tombé sur un acte de vente révélant que le futur roi George IV fut le premier a acheter un exemplaire de Raison et Sentiments pour 15 shillings auprès du libraire, Becket & Porter. 

L’achat fut effectué le 28 octobre 1811, soit deux jours avant la première parution publique du roman. Publié de façon anonyme, Raison et Sentiments n’a pas connu un succès immédiat puisqu’il ne se vendra réellement qu’à partir de 1813, suite à de nombreuses critiques positives.

George IV, véritable admirateur de Jane Austen

« C’est peut-être la plus ancienne transaction connue en ce qui concerne les romans de Jane Austen » déclare l’étudiant en annonçant sa découverte. La librairie Becket & Porter fournissait un grand nombre de livres pour la maison du Prince et était très familier des goûts du futur roi George IV. Et ce qui est sur, c’est que George IV appréciait tout particulièrement la plume de la jeune femme. En 1869, il révèle à son médecin qu’il est « un grand admirateur de ses romans, qu’il les lit souvent et qu’il en garde un ensemble dans chacune de ses résidences ».

Une admiration à sens unique

Malheureusement pour le Prince régent, cette admiration n’était pas vraiment réciproque. Dans une biographie publiée peu après sa mort, Jane Austen décrit George IV comme le prince ayant contribué, « plus que n’importe quel prince enregistré dans les pages de l’histoire, à la démoralisation de la société ». En 1813, elle fait également savoir qu’elle prend le parti de l’épouse du Prince, la princesse Caroline de Brunswick, après que ses infidélités soient devenues publiques : « Pauvre femme, je la soutiendrai aussi longtemps que je le pourrai, parce que c’est une femme, et parce que je déteste son mari. » précisait Jane Austen.

Le prince régent, qui régnera sur l’Empire britannique de 1820 à 1830, restera fidèle à l’auteure et achètera deux exemplaires d’Orgueil et Préjugés en 1813, un deuxième exemplaire de Raison et Sentiments, et Mansfield Park en 1814. Il possédait également un exemplaire cadeau d’Emma, dans lequel figurait une dédicace maladroite de Jane Austen. 

Une découverte pour l’histoire littéraire

« C’est une découverte formidable », a déclaré Sarah Glosson, directrice du centre d’études supérieures des arts et des sciences de l’Université William and Mary, partenaire du programme. « Un joyau d’information comme celui-ci nous aide à mieux reconstituer le paysage dans lequel la popularité d’Austen s’est enracinée. » 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.