“Les Z’amours” : vous avez aimé le jeu, vous allez adorer le procès

La contre-attaque judiciaire de Tex après son licenciement, n’a pas vraiment bien commencé pour lui. En effet, quelques mois après la polémique concernant le traitement, qui a suivi sa plaisanterie pour le moins douteuse, sur les violences faites aux femmes, l’ex-présentateur des “Z’amours” a décidé de porter l’affaire aux prud’hommes, afin de réclamer 1,2 million d’euros au producteur de l’émission. Cependant, il semblerait que Sony Pictures Television Production, n’ait pas l’intention de se laisser faire et le début des auditions s’est avéré pour le moins confus.

Le journal Le Parisien rapporte, comme prévu que l’animateur et son conseil, Jérémie Assous, ont dénoncé un “licenciement abusif” et réclamé 1,2 million d’euros de compensations financières. Par contre dans l’autre camp, loin de faire profil bas, Hélène de Saint-Germain l’avocate de Sony, a décidé de dévoiler, des rushes d’émissions enregistrées après le début de la polémique et donc jamais diffusés. Ceux-ci, contiennent des éléments à charge contre l’animateur, il reste à savoir s’ils seront recevables.

Selon l’avocate, on peut voir et surtout entendre, Tex semblant ne rien regretter de son dérapage. Il dit notamment, selon la représentante de Sony, “je l’ai fait pour le buzz. De toute façon, je savais ce que je faisais. C’était pour faire parler de moi“. Evidemment, il a été rajouté dans ces rushes, un petit florilège d’attitudes ambiguës, de propos vulgaires, de remarques, au mieux sexistes au pire intolérables. D’après l’avocate, on y entend par exemple, Tex déclarer à propos d’une candidate, “c’est une chiennasse avec ses grosses loches“. On y retrouve aussi de nombreuses insultes, peut-être plus compréhensibles à l’égard de Marlène Schiappa.

Certains feront remarquer, que sur une longue période, si nous faisions la même chose pour tout le monde, on trouverait la plupart du temps, de quoi alimenter certainement un beau panel de remarques, et d’attitudes pas très reluisantes. Pour d’autres, il s’agit clairement d’une attitude indigne d’une personne publique dans le cadre de son travail, au même titre que quiconque.

A cela, il faut rajouter que Tex a semble-t-il voulu enregistrer des débats avec son téléphone portable, ce qui est rigoureusement interdit par la loi. Cela a valu une belle passe d’armes aux avocats. Bien sûr, celui de Tex se serait bien passé de cet épisode, mais qu’est-ce que vous voulez, quand on est homme de média, on attrape de mauvais réflexes. Et puis on sait jamais, si le procès tourne mal, un bon scoop pour les journalistes, ça peut rapporter.

En attendant les choses se sont mal engagées pour Tex, cependant, il reste encore du chemin avant le jugement, qui doit être rendu le 27 juillet prochain. Une véritable éternité médiatique, qui va permettre de se rendre compte une nouvelle fois, que les gentils animateurs ne le sont pas toujours, car ils évoluent dans un monde sans pitié.

Crédit photo : Marceau VINUTUASKOLOMONIERWSKHY

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*