H&M : les conditions de travail des employés à revoir en Asie

L’organisation internationale “Asia Floor Wage Alliance” agit pour la défense des salariés de l’industrie textile. Dans son dernier rapport, elle épingle des conditions de travail terribles pour des employés, essentiellement des femmes qui représentent près de 90 % du personnel, dans des usines au Cambodge et en Inde. Ces usines fournissent notamment les vêtements et accessoires vendus chez H&M.

Ce rapport a été fait auprès de 250 salariées sous couvert d’anonymat. Il en ressort des pratiques hélas trop connus comme des fins de contrats ou des licenciements pendant les grossesses. Pour conserver leurs emplois, de nombreuses femmes sont ainsi obligées d’avorter.

Les cadences de travail imposées sont infernales. Une employée cambodgienne raconte, ” on tombe malade une fois par mois en moyenne. On ne mange pas assez. On ne peut même pas s’arrêter pour aller aux toilettes. On retourne parfois à l’usine, en dehors des horaires, pour finir le travail”. Le tout, dans ces conditions difficiles avec une ventilation réduite, et exposées à des substances chimiques.

Il faut rajouter à cela, des contrats maintenus volontairement très courts, allant d’un à trois mois, cela permet, d’augmenter la pression. Toute absence, congés pour maladie, les retards ou les refus d’effectuer des heures supplémentaires sont bannis, car ses femmes risquent sans cesse,  le non-renouvellement de leur contrat.

Pour compléter le tableau, selon le document, les salariées de 9 des 12 usines, interrogées ont expliqué avoir été victimes de harcèlement sexuel sur leur lieu de travail.

C’est marrant, il apparaît moins sympathique le “petit chemisier bleu pas cher”.

Crédit photo :  Mike Mozart

 

Pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.