Laetitia Casta, ambassadrice de l’Unicef pour la campagne Go Girls !

De manière très médiatique, les droits des femmes évoluent dans certains pays, et font l’objet d’une large dénonciation dans des milieux comme le cinéma. Dans d’autres régions du monde, elles ne bénéficient pas de ces améliorations. Le mariage forcé, en particulier celui des mineures, est un fléau contre lequel il faut lutter. Pour cela, l’Unicef a lancé la campagne Go Girls !. Cette initiative est soutenue notamment par l’actrice Laetitia Casta.

Il suffit de quelques constatations pour se rendre compte du chemin qu’il reste à parcourir, si l’on veut que certaines coutumes anachroniques et qui n’ont plus aucune réelle justification, disparaissent. Dans le monde, toutes les deux secondes, une jeune fille est mariée contre son gré. Cela représente en l’état actuel et si rien ne bouge, 150 millions de jeunes filles d’ici 2030, qui seront mariées avant leurs 18 ans.

Derrière la lutte contre les mariages forcés, c’est aussi refuser de justifier un ensemble de pratiques et de comportements, qui vont de pair dans une vision machiste à outrance des choses. C’est tout simplement montrer, que l’on ne peut pas tout se permettre sous le couvert de traditions plus ou moins adaptées, et ainsi permettre à de nombreuses jeunes filles d’échapper peut-être aux viols, au harcèlement et aux agressions.

Cependant, il ne faut pas être naïf, cela revient aussi à revoir et à trouver des solutions plus globales à la situation des familles et des peuples en proie à des difficultés qui les dépassent largement et vont au-delà des violences faites aux femmes. Le témoignage d’Asmot Ara, mariée à 13 ans et mère à 14 ans par exemple, rappelle que le mariage est parfois la seule solution de survie pour les fillettes vivant dans les camps de réfugiés rohingyas. De nombreuses familles ont recours au mariage précoce, qui apparaît comme un moindre mal face aux violences possibles. Sans parler de l’aspect purement économique qui permet à ces familles d’avoir une bouche en moins à nourrir.

Cependant, il est clair que les conséquences de ces mariages forcés précoces sont immédiates. Cela va de l’interruption de l’éducation, aux grossesses dangereuses, et bien d’autres expériences traumatisantes.

Il est bon de rappeler que le mariage des enfants, constitue une violation des droits de l’enfant. Avec Go Girls ! l’Unicef veut être concrète, elle se donne pour première mission de collecter les fonds nécessaires à la mise en place de deux projets, l’un au Bénin et l’autre au Liban. L’ambassadrice Laetitia Casta, engagée depuis 2016 auprès de l’Unicef, a lancé un appel à tous les philanthropes qui souhaitent agir pour cette cause.

Crédit photo : Melvin A

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*