L’Etat retire du marché, plus de 600 lots de laits infantiles

L’Etat, a donc décidé d’intervenir, et il vient de retirer du marché plus de 600 lots de laits infantiles du groupe laitier Lactalis en raison d’un risque de contamination par des salmonelles. On dénombre vingt-cinq bébés, qui ont déjà été touchés après avoir consommé ces produits.

Cette décision du gouvernement français intervient alors que Lactalis avait déjà rappelé douze références de laits infantiles fabriqués dans son usine de Craon (Mayenne). Les quantités concernées sont énormes, a reconnu un porte-parole de Lactalis, qui se présente comme le leader mondial des produits laitiers.

Bercy explique son intervention, il a jugé que les mesures prises par Lactalys ne suffisent visiblement pas à enrayer la contamination par ces bactéries. Même si l’ensemble des enfants vont bien, cinq nouveaux cas de salmonellose ont été déclarés chez des nourrissons après le précédent rappel du 2 décembre, qui avait été ordonné suite à la contamination par des salmonelles de 20 bébés âgés de moins de 6 mois.

Le porte-parole de Lactalis a parlé d’une “cause probable de contamination survenue sur l’une des tours de séchage dans la période du 1er au 6 mai“. Le porte-parole précise, “par précaution, il a été décidé de procéder à un rappel plus large de l’ensemble des produits fabriqués depuis le 15 février“.

Pour rappel, les salmonelloses sont des intoxications alimentaires allant de la gastro-entérite bénigne à des infections plus graves. Les jeunes enfants, les personnes âgées ou celles dont le système immunitaire est affaibli, sont les personnes les plus exposées. Les symptômes d’infection, sont des diarrhées éventuellement accompagnées de fièvre. Il faut dans ce cas, prévenir en premier lieu la déshydratation, et bien sûr contacter un médecin dans les meilleurs délais.

La liste des lots concernés est disponible sur le site du ministère de la Santé,www.solidarités-santé.gouv.fr. Ils sont essentiellement vendus sous les marques Milumel et Picot, mais aussi Carrefour.

Crédit photo : Boris Oblitas

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.