Story : La routine du milliardaire… PDG de Google

Vous ne le connaissez peut-être pas mais Sundar Pichai est l’actuel PDG de Google. L’an dernier, il a gagné en tout et pour tout… 199 millions de dollars. Un acteur désormais incontournable de la Silicon Valley, donc de l’Économie mondiale, qui tranche par sa discrétion et sa modestie. Dans la presse américaine, il livre ci et là ses habitudes et son mode de vie méthodique, organisé, mais finalement… extrêmement banal.

Un réveil matinal et un petit déjeuner à l’anglaise

Première surprise, le géant du Web commence se journée en lisant… un journal papier, un bon vieil exemplaire quotidien du Wall Street Journal. Pas de tablettes, pas d’iPhone, pas de « google home » pour s’informer de l’actualité. « Croyez-le ou non, je lis un journal papier tous les matins », précise-t-il à au site Business Insider.

Une journée millimétrée, qui laisse toutefois une bonne place au petit-déjeuner : « Je ne suis pas du matin, alors j’ai besoin de ce temps pour moi, avec mon journal et mon thé pour me réveiller et me mettre en route ». Résultat, une omelette et une tasse de thé, un Chennai originaire de l’Inde. Une habitude qu’il qualifie lui même de « très anglaise ». 

Comme les autres milliardaires « geeks » de sa génération, Sundar Pichai ne tranche pas vraiment par ses goûts vestimentaires : un look décontracté, t-shirt ou sweat à capuche comme les Bill Gates ou Mark Zuckerberg, qu’il porte au bureau comme durant les conférences internationales. Un look révélateur d’une personnalité humble, longtemps restée dans les pas de son mentor Larry Page, ancien PDG et cofondateur de Google.

Aujourd’hui, il est l’un des patrons américains les plus appréciés par les salariés. En 2017, il a même été classé parmi les PDG les mieux notés de Glassdoor avec un taux d’approbation de 96 % des répondants.

Un homme apprécié, un esprit très carré

Une popularité liée probablement à un mode de management très horizontal. Un style bien à lui, qui fait sa réputation en Californie : dans chaque réunion, il laisse méthodiquement chaque membre de son équipe exprimer son point de vue, exposer ses idées, avant de prendre la parole. Une manière de libérer les énergies et de laisser l’innovation émerger d’elle-même sans la crainte de décevoir ou de contredire le patron ? Peut-être. Cela correspond en tout cas à une personnalité puissante, mais très réservée et introvertie, aussi réputée pour ses manières d’organiser les réunions que pour ses balades, qu’il effectue seul, pour réfléchir. « J’adore faire les cent pas », déclarait-il il y a quelques semaines dans la presse américaine. 

Une vie millimétrée, saine, carrée : il suit un strict régime alimentaire végétarien, fait séance de sport quotidienne, et travaille dans un bureau rangé et nettoyé en permanence. « propre, au point d’être spartiate ! » décrit une journaliste américaine dans « The Verge ». 

On est loin du génie brouillon et farfelu ! 

À la fin de la journée, Sundar Pichai rentre chez lui, dans sa maison de Los Altos Hills. L’un des hommes les plus puissants au monde assure ne pas emporter de travail à son domicile. D’ailleurs, le PDG de Google refuse catégoriquement de tester les prototypes de son entreprise chez lui. 

Leçon retenue ? On vous laisse puiser l’inspiration. 

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés