Des forêts urbaines vont envahir Paris

Lors d’une interview donnée au Parisien la semaine dernière, Anne Hidalgo, la maire de Paris a annoncé que quatre forêts urbaines allaient voir le jour dans la capitale dès 2020. D’ici septembre 2019 vingt-huit cours d’école seront également réaménagés.

La municipalité semble redonner ses droits à la nature dans la ville de Paris. Anne Hidalgo, sa maire, a annoncé le 13 juin dernier, que quatre quartiers et de nombreuses rues de Paris allaient être abondement végétalisés à partir de 2020.

Quatre quartiers et 28 cours d’école

Le parvis de l’Hôtel de Ville, l’arrière de l’Opéra Garnier (au croisement des rues Gluck de la place Diaghilev), le parvis nord de la Gare de Lyon (sur la place Frenay) et une voie des berges de Seine (côté rive droite) qui, déjà coupée à la circulation, sera débitumée. Des berges de Seine aménagées « pour la détente et les pique-niques » selon les mots de la maire de Paris.

Chacun de ces lieux emblématiques a été imaginé par des architectes et paysagistes afin de redonner un poumon à la Capitale.

Par ailleurs, vingt-huit cours d’école ont été sélectionnées afin d’être elles aussi réaménagées en « oasis ». Pour l’instant seuls 8 arrondissements ne font pas encore partie de ces différents projets d’ « oasis », contre 11 autres prêtes à se refaire une beauté naturelle. Dans les années à venir d’autres rues, boulevards et promenades vont être reboisées.

Les maires des arrondissements concernés par ce grand projet de forêts urbaines et le Conseil de Paris vont devoir se pencher sur des réflexions quant aux aménagements à mettre en place. Les riverains seront également sollicités.

Un Paris (pari?) écologique

Aujourd’hui seuls 40 hectares de la ville de Paris sont végétalisés et la maire souhaiterait que la ville soit à 50% aux mains de la nature : « C’est un enjeu écologique et d’amélioration du cadre de vie des Parisiens », a-t-elle déclaré. C’est parce que « le Giec (groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) prévoit des pics de canicule à 50°C d’ici 2050 », qu’Anne Hidalgo lance ce grand projet dans l’optique, le plus vite possible de faire en sorte que « Paris s’adapte à l’évolution des températures ».

Il y a quelque semaines, la mairie de Paris se lançait dans une lutte acharnée contre le tabagisme et les mégots jetés dans l’espace publics, certains espaces verts étant désormais interdits à la cigarette.

Dans un élan écologique et de bien être, la maire de Paris, qui avait publié en septembre dernier un plaidoyer intitulé « Respirer », continue d’aménager des projets de bien-être pour la santé des citadins.

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés