Binge drinking : la parité dans l’alcool

L’Institut de prévention pour la santé (INPES) révèle les chiffres d’une grande enquête réalisée auprès des 18-25 ans. Cette enquête confirme que les jeunes sont de plus en plus en quête d’ivresse, et dans ce domaine l’égalité gagne du terrain, les filles rattrapent les garçons.

Le terme officiel est connu sous un anglicisme “binge drinking”, en d’autres termes boire plus et plus vite. Il semblerait qu’un jeune sur deux (46 %) peut-être concerné. Pour la jeune génération, c’est la recherche d’ivresse qui prime. Les conséquences sont nombreuses, allant du coma éthylique à des rapports sexuels non protégés, c’est de plus l’une des principales causes des violences faites aux femmes. Une nouvelle tendance s’impose les jeunes femmes, en particulier les étudiantes, boivent de plus en plus. Les ivresses répétées (au moins 10 dans l’année) sont passées de 2 % en 2005 à 11 % actuellement.

La Ministre des Affaires sociales et de la Santé Marisol Touraine, veut sanctionner les personnes qui incitent à s’alcooliser lors de soirées étudiantes, de bizutage par exemple. On pourrait alors se diriger vers la mise en place d’une infraction spécifique pour le “binge drinking”.

Au-delà de la répression, des réflexions sont à mener pour mieux comprendre le phénomène des beuveries organisées qui dépassent le cadre de la consommation d’alcool classique.

Crédit photo : Bossu Didier

Pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.