Italie : la natalité et la famille en péril

Le Japon est le pays le plus âgé du monde, il devance l’Italie. La péninsule enregistre l’un des taux les plus faibles d’Europe avec 1,37 enfant par femme en âge de procréer contre une moyenne mondiale supérieure à 2. Fort de cette constatation pas très encourageante, le gouvernement tente de sensibiliser la population à ce phénomène. Ce jeudi a été décrété « Fertility day » (Jour de la fertilité), afin de mettre en valeur “la beauté de la maternité et de la paternité”.
Autant le dire tout de suite, ce “Fertility day” n’a pas été une franche réussite. En point de mire, son affiche représentant une femme et son slogan “la beauté n’a pas d’âge, la fertilité si”. Beaucoup ont vu une manière de culpabiliser essentiellement les femmes, au lieu de regarder lucidement les raisons profondes et structurelles qui ont amené à cette situation.
Évidemment, que la décision d’avoir ou pas un enfant n’est pas juste une histoire de “bon vouloir” féminin. Ce n’est simplement pas possible, à chaque fois de mettre en avant l’émancipation féminine. Avoir un enfant, comme on peut l’espérer, reste le fruit d’une réflexion commune en tenant compte de tous les facteurs.
C’est là, que visiblement le bât blesse. Les raisons concrètes de cette régression sont du point de vue économique, la précarité financière de nombreux couples, et la montée d’un chômage de masse des jeunes, autour de 35 %. A cela, il faut rajouter les faiblesses des services publics, qui se traduisent par le manque d’aide et d’engagement de l’Etat, et le cruel déficit de crèches.
Il faut évoquer aussi les raisons sanitaires, qui sont souvent oubliées. Le mode de vie sédentaire, la consommation excessive d’alcool et de tabac, et les consultations médicales tardives, ont augmenté le taux de stérilité des couples. 15 % sont aujourd’hui concernés, et de plus en plus d’hommes sont également touchés.
Il serait temps pour l’avenir du pays, que les dirigeants adoptent une véritable politique familiale, pour l’instant inexistante en Italie. Étrange paradoxe pour une Italie qui a toujours été le pays de la “Famiglia”.

Crédit photo :  Maria Antonietta Carafa

 

Pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.