L’Ukraine, à la reconquête de son patrimoine culturel

Carrefour entre le monde russophone et l’Europe, l’Ukraine dispose d’un exceptionnel patrimoine artistique et culturel, et souhaite le partager avec ses habitants ainsi qu’avec le reste du monde. L’Ukraine multiplie les actions culturelles, à l’image du Forum International sur Kasimir Malevitch, qui a réuni experts internationaux et spectateurs européens.

Les Ukrainiens voteront aux élections présidentielles à la fin du mois de mars, et les sondages indiquent que tous les candidats à la présidentielle s’engagent à mener à bien la mission de la révolution de 2014 : promouvoir la démocratie, se rapprocher de l’Union européenne, et privilégier les opportunités économiques. Les résultats se font d’ailleurs déjà ressentir puisque l’Ukraine est passée de la 152ème place à la 71ème place concernant ses opportunités de business, d’après les chiffres de la Banque mondiale.

 

Un contexte économique favorable qui permet à l’Ukraine de rétablir la confiance avec ses  partenaires internationaux. L’Allemagne, le FMI et l’UE ont félicité le gouvernement ukrainien pour ses progrès et lui ont apporté un soutien important. Fin 2018, le Fonds monétaire international a approuvé un programme d’aide financière envers l’Ukraine de 3,9 milliards de dollars sur une période de quatorze mois, avec une première tranche de 1,4 milliard qui a déjà été débloquée. D’après David Lipton, le numéro 2 du FMI, “les autorités ukrainiennes ont rétabli avec succès la stabilité macro-économique et la croissance avec le soutien de la communauté internationale“.

Parallèlement, la Banque mondiale a approuvé une garantie de crédit de 750 millions de dollars au pays. “Les décisions de cette sorte prises par des institutions financières mondiales majeures garantissent la stabilité de nos progrès et renforcent la résilience de l’Ukraine“, avait déclaré le président ukrainien Petro Porochenko dans un communiqué.

La sphère économique n’est pas la seule en Ukraine à jouir d’une dynamique positive. Le secteur culturel du pays semble connaître également une période faste. Le Festival Book Arsenal, situé à Kiev, a été déclaré meilleur festival littéraire aux London International Fair Awards le 12 mars dernier. Les juges ont déclaré que le Festival s’était distingué “par l’engagement des conservateurs, ainsi que par l’ampleur et l’innovation de la programmation, qui aborde des thèmes interdisciplinaires conçus pour attirer un large éventail de publics sans perdre pour autant son sujet principal : la littérature ».

 

Un forum International sur Kasimir Malevitch

Parmi les grandes initiatives du moment, signes d’une véritable renaissance culturelle ukrainienne, il y a également la grande rétrospective organisée pour le 140ème anniversaire du peintre Kasimir Malevitch. L’événement s’est tenu au M17 Contemporary Art Center du 22 au 24 février 2019. Une exposition qui a retracé le parcours méconnu de cet innovateur de génie, créateur de l’abstrait géométrique et du mouvement d’avant-garde suprématiste.

Particulièrement riche et révélant des pans méconnus de l’oeuvre de Kasimir Malevitch, ce forum aura su attirer les experts de renommée mondiale en beaux-arts, les chercheurs d’avant-garde, les professeurs d’histoire de l’art, mais aussi une foule de curieux considérable. « Malevitch est l’un des artistes les plus importants de tous les temps, non seulement en Ukraine et en Russie, mais aussi dans le monde entier. C’est un phénomène unique quand, après des siècles d’académisme, on voit émerger quelque chose d’aussi mythique que le Quadrilatère Noir. Pas tant la peinture elle-même, que la forme. L’énergie conceptuelle qui a émergé de cette forme a remis l’art à zéro. Tout a recommencé. L’art est devenu plus rapide et, selon Chernyshevsky, il est devenu un manuel de vie », a déclaré l’historien de l’art Jean-Claude Marcadé, premier commissaire de la première exposition d’avant-garde ukrainienne à Paris.


Cette initiative a été portée par une pléthore d’acteurs, parmi lesquels le centre culturel contemporain M17, la Fondation Adamovski, le Musée national d’art d’Ukraine et la Foundation for cultural diplomacy UART. Cet organisme majeur de la diplomatie culturelle de l’Ukraine est présidé par le philanthrope Serge Ossipenko, un homme d’affaires connu en France pour son rôle de passerelle économique entre Paris et Kiev. Féru d’art, Serge Ossipenko fait partie de ce nouveau genre d’hommes d’affaires qui s’investit politiquement et financièrement dans la reconstruction de son pays.

Car à l’image de ces concitoyens, ce dernier a bien compris que pour émerger des temps plus troubles qu’elle a connu par le passé, l’Ukraine devait miser sur sa culture.

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés