La lutte contre le tabagisme, made in Japan

Si la lutte contre le tabagisme semble bien devenir une cause que plus en plus de pays adoptent, la manière de lutter contre, peut prendre évidemment des tournures et des façons différentes. Au Japon où les jours de congés ne sont pas nombreux, une entreprise japonaise a décidé d’offrir à ses salariés non-fumeurs six jours de congés payés supplémentaires. Il s’agit de mettre en évidence le fait que l’on juge leur temps de travail plus élevé que celui de leurs collègues fumeurs.

Dans un pays où la présence au travail est particulièrement importante, la mesure semble singulièrement atypique. Elle est l’œuvre de la Piala Inc., une société de marketing en ligne installée à Tokyo et comptant 120 salariés.

Tout est parti de la remarque d’un salarié qui a fait remarquer, que ses collègues fumeurs travaillaient moins longtemps, d’après lui, en raison de leurs fréquentes pauses cigarettes. Une remarque et une attitude qui en France aurait d’abord fait l’objet de nombreuses railleries. Cependant, nous sommes au Japon, et l’idée a fait son chemin dans cette société.

Le constat est simple, d’après le porte-parole, “comme nos bureaux sont situés au 29e étage cela prend au moins 10 minutes de descendre au rez-de-chaussée dans la salle fumeur du bâtiment et de revenir“. Un rapide calcul permet de savoir combien de temps de “perdu” dans le fait d’en griller une petite.

Cependant, la société a convenu que le temps passé à fumer n’est pas complètement perdu, car comme le précise le porte-parole, il est vrai, que « les conversations dans la salle fumeur tournent généralement autour du travail » et que les fumeurs « y échangent des idées et se consultent ».

Donc au lieu d’adopter une attitude répressive, en limitant les pauses cigarettes et donc en se privant de ces moments d’échanges qu’elles génèrent, la société a adopté une méthode incitative en récompensant les non-fumeurs.

Donc, depuis le lancement de l’opération le 1er septembre, 4 salariés sur 42 fumeurs dans la société ont renoncé à leurs pauses cigarette. “S’ils tiennent leur promesse durant un an, ils recevront 6 jours supplémentaires de congés payés“, selon le porte-parole.

Une mesure certainement très appréciée dans ce pays où les jours de congés sont rares, mais aussi où la pression sociale pour arrêter le tabac est moins élevée que dans la plupart des pays du monde occidental.

Si cette mesure fait d’autres adeptes dans les sociétés, elle devrait toucher 28 % des hommes japonais qui sont fumeurs, et 9 % de femmes.

Crédit photo :  Christian Lagat

Pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.