Métropolitaine a testé pour vous… la nouvelle boulangerie de Cédric Grolet

Elle se situe au 35 avenue de l’Opéra, dans le côté chic du 2e arrondissement de Paris. Ouverte il y a à peine une semaine, c’est la nouvelle sensation dans le petit monde de la gastronomie parisienne. Cédric Grolet, à la tête du département pâtisserie du Meurice inaugure en cette fin d’année sa première boulangerie parisienne. Qu’en penser ? Faut-il faire la queue pour découvrir “the new place to be” ? Pas de panique, l’équipe de Métropolitaine a pris son courage à deux mains et elle est allée savourer quelques spécialités sur place. Des pâtisseries délicieusement sucrées, et une note… un peu salée.

Il est aux alentours de 17h45 quand nous arrivons devant le numéro 35 de l’Avenue de l’Opéra. Quelques personnes font déjà la queue, mais l’attente ne semble pas insurmontable. Côté logistique, un membre du personnel est à la porte et filtre les entrées et les sorties. C’est simple, dès qu’une place se libère à l’intérieur de la petite boulangerie, l’un de nous peut entrer. Disons que l’établissement s’est préparé à recevoir une foule de gourmands et de connaisseurs, attirés par la renommée de Cédric Grolet.

À l’intérieur, c’est sobre, trop sobre. Comptoir de pierre grise, presque aucune décoration, et surtout aucun étalage de viennoiseries ou autres pâtisseries alléchantes. C’est notre première interrogation : où sont les pains au chocolat et les croissants qui nous donnent tant envie sur le compte Instagram du chef pâtissier ? 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

J-3 @cedricgroletopera

Une publication partagée par Cedric Grolet (@cedricgrolet) le

Dix minutes d’attente après, nous entrons enfin dans l’endroit si convoité. À notre droite, toujours ce comptoir gris bien triste et à notre gauche le four et un autre comptoir où les baguettes chaudes nous attendent. Au choix, trois sortes de pain : aux olives, aux céréales et tradition. Classiques et valeurs sûres. Nous patientons encore quelques minutes avant de nous faire servir. On ne mentira pas, l’odeur est particulièrement agréable et les baguettes donnent clairement envie de croquer dedans… jusqu’à ce que l’on aperçoive la serveuse rendre la monnaie à un client (les mains nues) et manipuler les baguettes avec ses mêmes mains nues. Pas très professionnel tout ça. 

Au moment de nous faire servir, nous décidons de goûter deux baguettes, la tradition et celle aux céréales. À notre grande surprise, les baguettes sont en réalité des « demies-baguettes » au vu de leur longueur. Décidément, notre déception est inversement proportionnelle à la taille de nos petites baguettes.

2 € chacune, ce qui fait donc 4 € pour une baguette complète finalement. Le prix est exorbitant. Par curiosité, je demande à l’autre serveur pourquoi on ne peut pas acheter de viennoiseries ou de pâtisseries. Il m’explique alors le concept de cette « boulangerie moderne ». La boulangerie ouvre le matin à 8 h pour vendre viennoiseries et baguettes, à 10 h, après écoulement des stocks limités, elle ferme pour ne rouvrir à qu’à midi et vendre cette fois-ci sandwichs et pâtisseries. Elle referme ensuite pour rouvrir à 17 h et vendre à nouveau des baguettes… Un salon de thé est également ouvert à partir de 14 h 30 « dans la limite des places disponibles ». 

Le concept de cette boulangerie nous laisse donc un peu dubitatifs. Depuis quand les horaires des boulangeries parisiennes sont-ils minutés et organisés de la sorte ? Une fois sortis, nous sommes tout de même impatients de goûter ces fameuses baguettes. Elles sont très bonnes, croustillantes et encore tièdes, nous nous régalons. Seulement voilà, le prix, le service et cette organisation démesurée desservent clairement la nouvelle trouvaille du Chef Grolet qui n’avait peut-être pas besoin de ça pour prouver une fois de plus, son talent. 

Pas encore de commentaires

Les commentaires sont fermés