L’Amérique latine, le nouveau paradis des femmes entrepreneurs ? 

L’Amérique latine se présente comme la nouvelle plaque tournante des femmes entrepreneurs dans le domaine des nouvelles technologies. En effet, depuis quelques années, le continent sud-américain a mis en place de nombreux programmes pour aider les femmes à monter leur société. Enquête. 

Des mentalités qui changent

Grâce à un afflux d’incubateurs et d’initiatives visant à impliquer davantage les femmes dans le domaine des sciences, de l’ingénierie et des nouvelles technologies, l’Amérique latine connaît une réelle augmentation du nombre de femmes entrepreneurs. Selon Susana Garcia Robles, de IDB Lab, « les mentalités changent en ce qui concerne l’investissement dans les entreprises détenues par des femmes ». L’une des raisons de ce changement est l’apparition de nombreux nouveaux investisseurs au sud de la frontière, un peu moins pointilleux que les investisseurs traditionnels, encore frileux de mettre de l’argent dans des sociétés tenues par des femmes. 

Marta Cruz, une icône

Dans une enquête réalisée en 2018 auprès de 50 start-ups sélectionnées pour des programmes spécifiques en Amérique latine, 28% des fondateurs étaient des femmes selon TechCrunch, qui affirme égalent que ce nombre est encore en augmentation. L’un des incubateurs les plus cités se nomme NXTP Labs et est basé en Argentine. Sur les quatre cofondateurs, une seule femme, devenue icône : Marta Cruz. Un modèle dans toute la région. Grâce à elle, la désignation  de “Mujer Emprendedora” – Femme Entrepreneur – a été créée et depuis son lancement, 59 sociétés ont vu le jour, toutes fondées par des femmes. 

Des avantages notables à s’implanter en Amérique latine

De son côté, IDB Lab a lancé un programme de mentorat et de mise en réseau d’entreprises pour les femmes appelées WeXchange. Ingénieure chimiste et entrepreneur basée au Mexique, Laura Mendoza a remporté le concours de présentation de WeXchange 2018 pour sa start-up dans le domaine de la santé. Avec ses cofondateurs, elle a mis au point un test sanguin, rapide et peu coûteux qui permettrait de diagnostiquer des maladies en moins de 15 minutes. La start-up a reçu plus de 2,5 millions de dollars en capital-risque et en subventions de la part de bailleurs de fonds d’Amérique latine et des États-Unis.

WISE, qui signifie Women in STEM Entrepreneurship est un autre programme issu d’un partenariat entre IDB Lab et l’IAE Business School en Argentine. Il a offert des ressources financières à plus de 1500 femmes qui ont fondé des startups dans le domaine des sciences et des nouvelles technologies, en Argentine, au Pérou, en Colombie et en Équateur. Pour Garcia Robles, ces programmes sont une chance puisqu’ils « offrent aux femmes les mêmes possibilités qu’aux hommes, pour aller à la rencontre des investisseurs et des mentors, obtenir une formation sur mesure ou encore présenter leurs projets et se faire remarquer ».

Parmi les autres exemples de femmes qui prennent les rênes, citons Conekta au Mexique, une plateforme de paiement en ligne qui aide les banques à sécuriser leurs processus, Laboratoria au Pérou, qui forme des femmes ingénieurs en informatique, Zolvers en Argentine, une plateforme de services domestiques équitables, ou encore Kushki en Équateur, une plateforme de paiement numérique.